Quelques outils bien utiles :
 http://www.gootar.com , un générateur de tablatures et d'accords,

et 
, 2 logiciels assez indispensables pour lire et créer des tablatures
et un forum ukulele-banjo-mandoline : http://ukujoline.forumactif.org
 

LA MANDOLINE
ET LA MANDOLE 

Petite histoire

La mandore apparaît dans le sud de l'Europe au 9° siècle. Au 15° siècle, cet instrument à 5 doubles cordes devient populaire en Angleterre. Il va donner naissance à la mandole napolitaine à 4 double cordes au 18° siècle. La mandoline, plus petite et aigüe, suivra. Ces 2 instruments sont accordés comme les violons et violoncelles en Sol, Ré, La, Mi. Les orchestres de mandoline dite napolitaine (bombée) eurent leurs heures de gloire au début du 20° siècle en Europe, la mode était à l'italien ( O sol e mio, ...) et au classique. Il y a aussi la mandola (mandoline tenor), entre la mandole et la mandoline, accordé en CGDA et le mandoloncelle, accordé en CGDA mais une octave inférieur à la mandola (c'est le même accordage que le violoncelle).

En 1898, Orville Gibson, marchand de chaussures et luthier-amateur des états unis fabrique la 1° mandoline plate, d'abord en forme de poire (populaire depuis en Irlande), qu'il appellera modèle A, puis il développe le modèle F  nom donné en raison de la forme des ouïes) avec des pointes et des volutes qui restera après modifications le modèle dit bluegrass (le style n'existe pas encore) de référence . Le banjo-mandoline (bandolin) dâte lui aussi de cette époque et est par exemple utilisé aujourd'hui en rythmique dans les orchestres de samba au Brésil. La mandole, quant à elle, est utilisée dans les musiques traditionnelles européennes, notamment française pour l'accompagnement et le contrechant.

C'est Bill Monroe et ses Bluegrass mountain boys qui popularise la mandoline bluegrass dans les années 40. C'est en effet à cette époque qu'il renouvelle le style des orchestres à cordes (string band) en dynamisant du même coup la musique traditionnelle américaine. Il était temps, le public ayant boudé ces orchestres jugés trop mous pour se tourner vers ceux de jazz. Plus tard, dans les années 70, un autre prodige, David Grisman, joueur de bluegrass dans les années 60, utilisera la mandoline pour créer un style de fusion entre le bluegrass, le jazz et même la musique classique. Et l'histoire continue...

Les accords et notes

Pour accompagner en style u.s. : txt (tablature en format texte) et  (tabledit), quelques gammes : txt et et un boogie en prime : txt et
Et pour accompagner en style irlandais, on peut accorder la corde de Mi en Ré, ce qui donne un accord ouvert Sol, Ré, La, Ré comme le bouzouki irlandais vu plus bas) : txt et  .

et en moins brouillon, cette excellente méthode : http://bbouillon.free.fr/sandwich/mando.htm

Sources

  disponible chez Ossian (http://www.ossian.ie et http://www.ossianusa.com ), et aussi le livret d'accompagnement du disque anthologie : that's all folk!, les pochettes des disques de Bill Monroe, Davis Grisman, Doyle Lawson, ..., et les revues Back up (années 80),  Bluegrass revue (années 90) et divers reportages radio et télé.

Quelques sites internet

des vidéos et diaporamas musicaux sur ma page Youtube :
Uncle Joe (trad irlandais et des usa), Drowsy Maggie (trad irlandais),
Tarentelle napolitaine (trad italien), Turkey in the straw (folksong trad des usa),
Tripping upstairs (jig trad irlandaise) jouée à la mandoline accordée en GDAD et diaporama,
Branle de Cassandre , musique du 16° siècle,
My darling asleep (jig trad irlandaise) jouée lentement à la mandoline accordée en GDAD et diaporama,
Scottish d'Echiré de P Souché suivie de Scottish d'automne d'A Vieillard (trads français),
Planxty Irwin, air lent irlandais d'O' Carolan, Sweet Georgia Brown , jazz de 1925,
Boyberiker khasene 1 , Boyberiker khasene 2 ,duos yiddish mando-guitare avec Pascal en 2012,
Saint Anne's reel/Whiskey before breakfast (trad irlandais et américain),
Merrily kissed the quaker (jig trad irlandaise) essayée au banjolin,
Rocky mountain goat (trad des usa) joué au banjo-mandoline,
La maison sur le port d'A Rodriguez (Fado - mandos, guitare),
Pour apprendre la mandoline (avec quelques tablatures) : 
http://didacool.free.fr/mandoline/video.htm ,
http://www.musicpotential.com ,
http://books.google.fr...... ,

différents styles :
http://www.mandoisland.de/eng_weblog_noten_neu.html#.VyT6TTEWcyM ,
http://membres.lycos.fr/frameries/indexbis.html (mandoline italienne),
http://www.mandopolis.org (l'alter-mandoline), http://nativeground.com/free-stuff/tabs ,
http://www.musicpotential.com , http://mandolintab.org ,
http://www.mandoberlin.com/lesson-hub.php ,
http://www.mandolintab.net , http://mandolinmoments.com ,
http://www.mandohangout.com/tab , http://www.theinternetlol.com/mandolin ,
http://www.users.csbsju.edu/~eknuth/mandotab , http://cbom.free.fr (mandole)

et pour les amateurs de mandoline bluegrass (avec quelques airs celtiques, jazz et klezmers en prime) :
http://www.mandolincafe.com
http://www.mandozine.com
http://www.folkofthewood.com

Voir aussi les notes et conseils de bas de page, ainsi que la fin de la rubrique banjo (le banjo 4 cordes étant accordé comme la mandole, ce qui donne des tablatures équivalentes pour le jeu note à note) et la fin de la rubrique bouzouki (adresse internet).

LA BASSE 

Petite histoire

La contrebasse succéde au violone et à la contrebasse de viole au sein de l'orchestre classique au 17° siècle. Sa partition s'écrit en clé de Fa. Elle est beaucoup utilisée dans le jazz à partir des années 20 où elle est surtout jouée aux doigts (sans archet) et dans le rockabilly à partir des années 50. La contrebasse électrique sans caisse, plus facile à transporter et donnant un accès plus aisé aux notes aiguës, est surtout utilisée en jazz rock ou fusion (comme la basse sans frette) depuis les années 70.

La basse électrique est inventée par Léo fender en 1951 et connaît assez vite un engouement en musiques country, blues, jazz, rock et r'n'blues. Elle avait eu un prédécesseur dans les années 30 qui avait suscité peu d'intérêt chez les musiciens. La basse électrique est aujourd'hui présente dans presque tous les styles (et parfois acoustique ou électro-acoustique).

La contrebasse et la basse sont accordées en E A D G, une octave plus grave que les 4 cordes graves de la guitare. Il existe aussi des basses à 5 cordes (B E A D G ou E A D G C ou C E A D G) ou 6 cordes (B E A D G C).

Quelques adresses internet

Des vidéos et diaporama avec de la basse sur ma page Youtube :
Flor de luna de C Santana, Sliding the bass d'A Giroux,
Asturias d' I Albeniz, Bizarre boogie de B Paganotti,
Blues blanc pour un crayon noir de M Le Forestier,
Back in New-York city de Genesis (extraits),
Summertime de G Gershwin (extraits - adpt J Joplin),
Knocking on heaven's door de B Dylan, Blues en Mi ,
Hotel California des Eagles (variations), Bourrée de J S Bach ,
Samba sur une note d'AC Jobim (adpt française E Marney),
Song for Emmylou de P Fanen, Money des Pink Floyd (extraits),
La piedrera de S Jimenez, Arkansas traveller (trad us),
Boogie en Sol , Blue bossa de K Dorham.

  LE BANJO 

Petite histoire

Cet instrument est un descendant lointain du rabonquin d'Afrique occidentale, instrument à 2, 3 ou 4 cordes en crin, liane ou boyau tendues sur une peau animale. Le premier instrument proche du banjo actuel est nommé banza puis banjar ou banjer et possède 3 puis 4 cordes en boyau qui auraient été accordées comme les cordes basses de la guitare (Mi, La, Ré, Sol). Il n'a pas de barettes, ou frètes, sur le manche et sa caisse est rudimentaire . D'autres instruments du même type existent en Asie et dans les pays arabes. Mais c'est celui des africains, amené ou réinventé par les esclaves noirs contraints de se rendre en Amérique au 18° siècle, qui donnera les différents types de banjos que nous connaissons aujourd'hui.

L'apparition d'un banjo avec une 5° corde aigüe, plus courte que les autres et placée au dessus de la corde la plus basse remonterait à 1831. L'utilisation d'un bourdon aigu étant typique du style africain, il se peut que l'origine de l'instrument ait influencé l'apparition de cette nouvelle corde ainsi que le style de la main droite. La première fabrication en série dâte de 1860 et les premières barettes de 1870. Il devient alors très populaire aux états unis et en Angleterre sous sa forme dite classique (jeu strict avec 5 doigts et cordes en boyaux). Le banjo-mandoline (bandolin) dâte lui aussi de cette époque et est par exemple utilisé aujourd'hui en rythmique dans les orchestres de samba au Brésil.

Le banjo 4 cordes quand à lui, plus sonore que les autres instruments à cordes, devient l'accompagnateur des cuivres dans les orchestres de jazz à partir de 1910, en attendant son remplacement avec les débuts de l'amplification de la guitare dans les années 30, il est accordé en Do, Sol, Ré, La (banjo alto). Il restera joué dans le style western swing. Il  est également joué après la guerre de 14 dans les bals en Europe comme accompagnateur de l'accordéon, là encore en attendant d'être détroné par la guitare amplifiée. Il est depuis cette époque très utilisé en musique traditionnelle en Irlande, où il est accordé en Sol, Ré, La, Mi (banjo ténor) et où il est joué d'abord en accompagnement, puis depuis les années 60 note à note au médiator. Il est probable que les irlandais utilisaient le banjo 5 cordes dès le 19° siècle, comme les anglais, mais je n'ai rien trouvé sur ce sujet (si ce n'est la méthode celtique de banjo 5 cordes en Sol de Sully, mais qui est une utilisation récente du 5 cordes).

Les musiciens de jazz dixieland ou Nouvelle Orleans utilisent aussi le banjo plectrum (joué au plectre = médiator) à long manche qu'ils accordent traditionnellement en Do, Sol, Si, Ré ou comme sur le banjo 5 cordes (Ré, Sol, Si, Ré) ou encore comme les cordes aigües de la guitare (Ré, Sol, Si, Mi) qu'ils jouent en accompagnement brossé.  Un autre accordage plus récent, emprunté à l'accordage de la guitare 4 cordes Maccaferri : Fa, Do, Sol, Ré.

Le banjo américain à 5 cordes est utilisé en musique old-time, style qui s'est développé autour de "fiddle tunes" à partir des immigrés européens réfugiés dans la région des Appalaches, influencés au départ par le jeu des noirs présents dans la région. Tout ce petit monde fuyant le travail forcé des plantations du sud. Dans ce style, l'instrument est accordé en accord de sol ouvert et l'attaque des cordes se fait dans le sens contraire de la guitare "picking", c'est à dire en frappant la ou les cordes avec le dos de l'ongle vers le bas, en butant légèrement sur la corde suivante ou sur la peau. Le pouce est sollicité le plus souvent pour jouer le bourdon (5ème corde), mais il peut aussi descendre sur les autres cordes pour jouer des notes d'accompagnements ou mélodiques. Le "brush" (ou brossé) constitue la technique primaire des styles appelée "Frailing" ou "clawhammer", dans ce dernier il se fera plus ponctuel et discret. Ce "brush" se joue sur les deuxième et quatrième temps de la mesure, et procure ainsi un effet harmonique et rythmique.

Plus récemment en musique bluegrass, notamment développé par Earl Scruggs (dans le groupe de Bill Monroe "The bluegrass mountain boys") et son style main droite à 3 doigts avec onglets qui combine le style classique en arpèges, l'utilisation du bourdon 5° corde comme en old time et la pratique de la mélodie. Il est accordé le plus souvent en accord de sol ouvert : Ré, Sol, Si, Ré, avec un bourdon aigu, dont l'accordage peut varier, mais qui est souvent en Sol, ce qui donne du haut vers le bas : GDGBD (Sol majeur). D'autres accordages sont utilisés, notamment : GCGCD, GCGCE (Do majeur),GDGCD, GCGBD, F#DGAD (Ré majeur), FDGAD (Ré mineur), ADGAD,...

Enfin, d'autres variantes de ces instruments :  le banjo-guitare, le banjoloncelle, ...

Les accords de base

Pour accompagner en style old-time et bluegrass sur un 5 cordes : txt(tablature en format texte) et(tabledit).
Et pour accompagner en style dixieland (jazz new orleans) sur un banjo ténor : txt  et  .

Sources

Ainsi que le livret d'accompagnement du disque anthologie : "That's all folk!", the 5 string banjo in north-Carolina de C-P Heaton, le livre "Une histoire du banjo" de Nicolas Bardinet, la méthode rouge banjo styles (oak publications) qui parle aussi du old-time, le banjo pickers fakebook qui comprend 230 tabs en clawhammer, en galax style, en irlandais et en bluegrass, la vidéo "Legends of old time music", la méthode de banjo bluegrass de Bill Keith et Jean-Marie Redon, le catalogue de vente Sully's banjo, la méthode de banjo 5 cordes du même Sully (http://www.halshawmusic.co.uk) et l'histoire de la guitare dans le jazz de Norman Mangan (ouf!).

Quelques sites internet

pour le 5 cordes, très répandu aux usa (beaucoup de bluegrass et un peu de old time) :
Wildwood flower (chanson us) en version clawhammer en vidéo sur ma page Youtube,
 
http://www.banjohangout.org/tab http://banjotom2.org
http://www.trussel.com/f_banj.htm http://www.banjonews.com
http://www.1001tabs.com/tablature/guitar-pro/Banjo.html http://www.banjoresource.com
http://www.ezfolk.com http://perso.wanadoo.fr/multimage/sessionbanjo/index.htm
http://jaybuckey.com http://homepage.ntlworld.com/d.k.marshall/index_004.htm
 http://lylewk.home.comcast.net/~lylewk http://www.instituteofamericanmusic.com/fr-freesong.htm
http://zeppmusic.com/banjo http://www.frettedinstrumentsnyc.com
http://banjobluegrass.free.fr http://www.bluegrassbanjo.org/bluetabs.html
http://www.paulhawthorne.com http://www.clawhammer.com
http://www.haruteq.com/bvtabs1.htm http://www.angelfire.com/ks/banjosampler
http://www.folkofthewood.com http://www.jbott.com
http://www.banjo.free.fr http://www.alltabs.com/banjo_tabs.php
http://g.rezard.free.fr http://www.16tracks.com/FreeTablature/index.html
http://banjomeetsworld.wordpress.com http://hawthorne.fastie.com/banjo/tablature.htm
http://www.banjr.com/tablatures.htm http://www.clawhammerbanjotab.co.uk
http://www.bluesageband.com/Tabs.html http://prometheus.frii.com/~gnat/frii/banjo/tab
http://stringband.mossyroof.com http://banjopickers.free.fr/tablatures.htm
http://nathan.torkington.com/banjo/tab http://www.josepaldir.com/banjo/index.php#tablatures-banjo
http://www.ultimate-guitar.com/tabs/earl_scruggs_tabs.htm http://www.banjotrain.com/tablature.php
http://freetabs.org/otherinst.htm http://www.banjohollow.ic24.net/tabs.htm
http://www.clawhammerbanjotab.co.uk http://www.unclebens.pwp.blueyonder.co.uk/lowres
http://www.banjohomeplace.blogspot.fr http://www.freesheetmusic.net/banjo.html
http://nathan.torkington.com/banjo/tab http://www.banjotrain.com/tablature.php
http://www.haruteq.com/t-bvmain.htm http://bluegrassbanjo.org/marcus.html
http://rossnickerson.com/tablature http://www.e-banjo.com
http://nativeground.com/free-stuff/tabs https://www.youtube.com/channel/UCBK3l8xyxZL6MZgLan8fR1w

pour le 4 cordes :
Fire on the mountain (trad us) en vidéo sur ma page Youtube,
http://4shelties.com/banjos,
http://www.jbott.com, http://www.alltabs.com/tenor_tabs.php,
https://rigandjeels.com/category/tenor-banjo-tab, http://banjo-tablatures.com ,
Et un forum de discussions : http://www.banjohangout.org/forum

avec le banjo-mandoline :
Merrily kissed the quaker (jig trad irlandaise),
Rocky mountain goat (trad des usa),

Voir aussi les notes et conseils de bas de page.
 

LE CISTRE ET LE BOUZOUKI

Petite histoire

C’est en 66 dans le groupe Sweeney's Men que l'on voit apparaître pour la première fois un bouzouki, joué par Johnny Moynihan en accompagnement. Cet instrument, muni de trois double cordes était en fait un cadeau de l'un de ses amis revenant de vacances en Grèce.
Mais c'est surtout Andy Irvine qui assure la pérennité de l'utilisation du bouzouki lorsque, après plusieurs séjours dans les Balkans à la fin des années 60, il rentre en Irlande et co-fonde le groupe Planxty. Egalement membre du groupe, Donal Lunny est très rapidement convaincu de l'intérêt de cet instrument qu’il va continuer à utiliser au sein des groupes Bothy band, Moving Hearts et Altan. Andy Irvine fait partie dans les années 90 du groupe Patrick Street.
Alec Finn, quant à lui, utilise au sein du groupe De Dannan, un bouzouki grec à trois double cordes et il n’a pas changé de type d’instrument depuis 73. Il pratique un jeu mélodique et rythmique reconnaissable.

En Grèce le bouzouki est un saz accordé différemment, ce qui explique son nom : "bozuk ki" en turc signifie "qui est cassé, qui est désaccordé".
Les bouzoukis grecs ont des défauts, ils sont fragiles, leurs longs manches se tordent souvent au bout de quelque temps et leur dos bombé nécessite un jeu assis. Signalons enfin que les accordages diffèrent. L’accordage du bouzouki grec est Do, Fa, La, Ré pour les modèles à 4 doubles cordes ou Ré, La, Ré pour les 3 doubles cordes (accordage D-A-D également pour les versions de taille moyenne et petite du bouzouki : le tzoura et le baglama grecs). Ce dernier accordage est utilisé en musique irlandaise, mais l’instrument à 4 doubles cordes s’accorde en Sol, Ré, La, Ré ou La, Ré, La, Ré (et parfois Sol, Ré, La, Mi pour jouer les mélodies). Les 2 cordes basses sont doublées à l’octave, ce qui donne à l’instrument ce son caractéristique.

Le terme de cistre (en anglais : cittern, vient du grec kithara = lyre et tar veut aussi dire corde en persan) fut remis à la mode par le luthier anglais Stefan Sobell qui cherchait dans les années 70 un mot pour désigner ce qu'il fabriquait. La forme du dos est un élément important permettant de distinguer un instrument de la famille du luth (à dos arrondi, comme le bouzouki grec, l'oud arabe ou le saz turc) d'un instrument de la famille du cistre (à dos plat).
Le cistre est à l'origine un instrument à cordes métalliques avec des cordes doublées ou triplées et des accordages très divers en usage en Europe occidentale depuis le 13e siècle au moins, et particulièrement populaire au Portugal depuis le 18e siècle, ou il est utilisé pour accompagner le fado avec la guitare sous le nom de chitarra ou de guitare portugaise (6 doubles cordes accordées à l'octave). Celle de Lisbonne est courament accordée DABEAB et celle de Coimbra CGADGA.
Quelques liens et tablatures sur le fado et la guitare portugaise : http://www.jose-lucio.com/Rosa/Rosi.htm , http://www.fadofatum.com/coup_photos.php?id=23 et http://voarnaterra.com .
Il existe aussi un cistre corse, le cetera (à rapprocher du cedra en italien et cetara en toscan). Des accordages comme la mandoline avec une basse en plus : CGDAE, DGDAE, CGDAD, DGDAD. Ou plus aigus : GDAEB, GDAEA, GDADA Et en accord ouvert : GDGDB, ADADA, GCGCG, ...

Le bouzouki est devenu un instrument irlandais à part entière, permettant le simple accompagnement, mais aussi le contrechant ou le jeu en soliste. Son adoption a été facilitée par plusieurs facteurs : d'une part, sa petite cousine aigüe la mandoline s'était déjà frayé un chemin en musique irlandaise, mais pas encore tellement la grande sœur de celle-ci : la mandole, accordée en Sol, Ré, La, Mi (comme le banjo ténor) qui aurait pu jouer le rôle du bouzouki avec ses 4 double cordes. D’autre part, le jeu en accord ouvert sur la guitare n’étant pas encore développé à cette époque, le bouzouki apportait un nouveau son percussif et caractéristique dû aux cordes graves doublées à l’octave, qui s’intégrait parfaitement à la musique irlandaise, en pleine époque de « folk revival ».

Les accords

Les accompagnements usuels :

en accordage GDAD : txt (tablature en format texte) et  (tabledit).

en accordage ADAD : txt (tablature en format texte) et  (tabledit).

Sources

disponible chez Ossian (http://www.ossian.ie et http://www.ossianusa.com ) et diverses pochettes de disques.

Quelques sites internet

Une vidéo sur ma page Youtube:
Tripping upstairs (jig trad irlandaise) jouée à la mandoline accordée en GDAD et diaporama,
My darling asleep (jig trad irlandaise) jouée lentement à la mandoline accordée en GDAD et diaporama,,
http://banwarth.free.fr : site sur la guitare et le bouzouki irlandais très pro,
http://www.cittern.com sur le cistre.

LE UKELELE 

Petite histoire

Des portugais viennent cultiver la canne à sucre et l'ananas à hawaï à la fin du 19° siècle.

L'un d'eux chante lors d'une fête sur le port d'honolulu en s'accompagnant d'une petite guitare à 4 cordes nommée cavaquinho.

Des hawaïens ont voulu l'imiter et ont réclamé à un immigrant portugais, luthier de formation, d'en fabriquer.
Ils connaissaient déjà la guitare qu'ils accordaient de manières différentes . Il vont rebaptiser le cavaquinho : ukulélé (puce sauteuse) en l'accordant différemment.

En 1915, le stand hawaïen de l'exposition universelle de San Francisco rencontre un franc succès. Et notamment ses guitares jouées à plat et glissées (slide) et ses ukulélé. Le ukulélé se développe alors aux états unis.Puis en 1950, des modèles en plastiques inondent le marché américain. L'occasion pour de nombreux petits américains du nord de découvrir l'instrument qui va connaitre un vrai succès.

Les accords

Pour les guitaristes, mettez sur une guitare cordes nylon le capodastre à la 5° case et n'utilisez que les 4 cordes aigües. Si vous jouez un accord en position de Do majeur, ce sera en fait un Fa. tous les autres accords connus à la guitare se transposent de la même façon. Parcontre, le son de la 4° corde (corde de ré grave sur la guitare, corde de sol sur le uké) est une octave plus aigü. L'accord à vide est donc : Sol aigu-Do-Mi-La (accord de Do 6). Essayez des battements au doigt et du picking rapide, on a le son caractéristique.

Quelques accords scannés pour finir. Mais les sites ci-dessous présentent souvent les accords plus proprement.

d'autres accordages pour le uke soprano, concert ou ténor (longueur du manche) :
Sol grave, Do, Mi, La
Sol, Do, Mi, Sol (accord ouvert de Do)
La, Ré, Fa#, Si,
La, Ré, Fa#, La (accord ouvert de Ré)

le uke barython est accordé comme la guitare Ré, Sol, Si, Mi

Sources

et Cyril Lefebvre a fait une 2° méthode de ukelele.

Quelques sites internet

le site nantais : http://les-fondus-du-ukulele-de-nantes.over-blog.com

Medley ukulele (diaporama musical) par quelques fondus nantais : Bibax, The sound of silence, Forgetful Lucy.
Wildwood flower de la famille Carter, Mack the knife de Kurt Weill , Devil's dream (trad celtico-us), Mas Bahamas de C Lefebvre et Greensleeves (musique ancienne anglaise) en vidéos sur ma page Youtube,
 
 
http://liveukulele.com/tabs http://www.theuke.com/download.php?list.2
http://www.ukulele.fr http://ukulele4ever.skyrock.com
http://www.ezfolk.com/uke/index.html http://dominator.ukeland.com/index2.shtml
http://www.tontonremy.com/ukulele/partoches http://ukulelehunt.com/tab-chords
http://bluemoon-ukulele-method.blogspot.com http://nwfolk.com/uketabs.html
http://home.arcor.de/crazydawg http://ukuleleguild.alohasheetmusic.com
http://www.muffin.net.nz/muffin/Uke_Tab.html http://mydoghasflea.free.fr
http://www.ukulelesongs.com http://www.ukulele-blog.com
http://www.ukulpic.fr/spip.php?rubrique18 http://descordesetdubois.wordpress.com
http://www.sucrepop.com http://ukeclassicaltabs.blogspot.com
http://www.mydoghasflea.net http://www.doctoruke.com
http://www.ukulele-tabs.com http://www.scorpex.net/Uke
http://ukulelespot.blogspot.com http://basikuke.tripod.com/ukulele_tab.htm

 D'autres instruments à cordes pincées avec un manche

Le kabossy (ou kabosse, kabosy,... --->)
instrument populaire malgache et des îles de l'océan indien (la Réunion, Maurice, les Seychelles et les Comores) fabriqué à l’origine d’une carapace de tortue tendue de peau de zébu, il a aujourd’hui la forme d'une petite guitare avec une caisse de résonance rectangulaire (parfois ovale) en bois ou jerrican. Proche du ukulele par sa taille et son jeu en aller-retour, lui-même descendant du cavaquino portugais, il est accordé C grave C EE GG ou G grave G BB DD (les cordes aigues sont doublées sauf sur les modeles 4 cordes). Les bases se trouvent ici : http://jean.marline.free.fr/ribagasy

Le cavaquinho portugais (aussi au Brésil, à Madère et au Cap-Vert), en forme de petite guitare à 4 cordes métal accordée D-G-B-D, D-G-B-E ou G-B-D-G, G-C-E-A,  inspirateur du ukelele et très présent dans la musique brésilienne aujourd'hui.

La guitare ténor
accordée comme le banjo 4 cordes : Do, Sol, Ré, La (ténor) ou Sol, Ré, La, Mi (alto)

La guitare 4 cordes Maccaferri
accordage différent de la guitare ténor : Fa, Do, Sol, Ré

Le charango péruvien-bolivien
petit instrument à 5 doubles cordes, sans doute inspiré de la première vihuela espagnole (voir aussi page guitare). Ses doubles cordes sont accordées Sol-Do-Mi-La-Mi pour le plus courant (mediano), à l'unisson sauf celles centrales accordées à l'octave, plein d'infos sur l'instrument ici (site en espagnol) :  http://www.charango.cl

La bandola vénézuélienne à 4 cordes
sans doute inspirée de la bandurria espagnole (proche du luth) et son petit frère le bandolin à 14 cordes , groupées par 2 ou 3, proche de la mandoline,

Le guitarron ou teloloche mexicain
basse accoustique à très grosse caisse de résonnance, manche court et non fretté et 6 cordes accordées La-Ré-Sol-Do-Mi-La,

Le bajo sexto mexicain
mélange de guitare basse et de guitare 12 cordes, utilisé pour accompagner l'accordéon tex-mex et accordé Mi-La-Ré-Sol-Do-Fa,

Le tiple colombien
petite guitare classique à 4 triple cordes métal, accordées Ré-Sol-Si-Mi, les 3 cordes aigües à l'unisson, les autres (2 extérieures) à l'unisson et 1 (centrale) à l'octave en dessous.

Le requinto sud américain
guitare à 6 cordes nylon accordées La-Ré-Sol-Do-Mi-La,

Le tres cubain à 3 doubles cordes
accordées traditionnellement La-Ré-Fa# accordées à l'octave, associé à la guitare, il fait plutôt le contrechant en musique cubaine traditionnelle (son),

Le cuatro vénézuélien à 4 cordes et son frère cubain à 5 double cordes
accordées usuellement  Si-Mi-La-Ré-Sol avec les 3 double cordes aigues accordées à l'unisson et les 2 double cordes basse à l'octave. Il sonne très fort en accompagnement-percussion.

La balalaïka
luth slave à long manche, caisse triangulaire et 3 cordes aigües accordées Mi-Mi (nylon à l’unisson) - La (métal).

dulcimer - fabrication maison --->

Le dulcimer et l'épinette des Vosges : http://perso.wanadoo.fr/vidam/images%20huet/dulcimer.htm et
http://www.everythingdulcimer.com

L'ud
L'origine du oud remonte à l'antiquité (environ 500 après JC), à l'origine il comporte 4 cordes, c'est au huitième siècle qu'est ajouté une cinquième corde. Au quinzième siècle, l'oud prend sa forme définitive avec l'ajout d'une sixième corde grave. Le manche de l'instrument, plus court que celui d'une guitare, est sans frettes ce qui permet de jouer les 1/4 de tons de la musique orientale.

L'Oud est un luth à manche court qui a 11 cordes nylon (5 doublées et la plus grave non doublée) accordé traditionellement  du grave vers l'aigu selon le schéma : D-GG-AA-DD-GG-CC , mais C-FF-AA-DD-GG-CC est aujourd'hui la forme la plus standard dans le monde arabe actuellement. Ou un ton plus haut en musique turque, arménienne  et grecque : E-AA-BB-EE-AA-DD ou D-AA-BB-EE-AA-DD.
Il y a de nombreux autres accordages, dont un accordage kurde proche de la guitare : D-EE-AA-DD-GG-CC

Les Ouds utilisés dans la musique arabo-andalouse conservent souvent les formes plus anciennes  (4 ou 5 cordes). L'accordage du 4 cordes traditionnel est A-D-G-C dans le monde arabe, B-E-A–D en Turquie et D-G-C–F en Irak.

Le tar
Luth iranien à long manche pourvu de 25 ligatures en boyau et de 6 cordes dont deux doubles jouées au plectre, à table en peau d'agneau qui ressemble à un 8. En arménie, la tar a le corps recouvert d'une peau de poisson et 11 cordes.

Le saz
Les luths à long manche représentent une des plus anciennes formes de luth. La plupart des saz joués sont des Bozuk à frettes amovibles. Le saz a 6 cordes couplées et se joue à l'aide d'un médiator souple. C'est un instrument de seconde voix ou d'accompagnement très répandu en Perse, au Tadjikistan, en Arménie et en Turquie.

Le baglama
Saz turc à 3 ou 4 doubles cordes métalliques, transformé par les grecs en bouzouki miniature à 3 doubles cordes (D-A-D).

Le tzoura
Petit bouzouki grec à 3 doubles cordes (D-A-D), plus gros que le baglama.

Le buzuq
Origine Grèce, Turquie, Kurdistan, Syrie, Liban, Egypte.
Luth à long manche à frettes amovibles et table ovoïde . Il peut avoir de 3 à 9 cordes métalliques dont des cordes doublées.
En Grèce, le bouzouki est un saz fretté à l'occidentale, mais est accordé différemment, ce qui explique son nom : "bozuk ki" en turc signifie "qui est cassé, qui est désaccordé".

Le tanbur ou tamboura
Luth à long manche joué en Bulgarie, Macédoine, Croatie, Hongrie, Bosnie, Serbie, Turquie, Iran et Grèce. Il peut avoir de 1 à 6 paires de cordes. C'est aussi l'ancètre du bouzouki grec.

Le guembri
Long luth gnawa (Maroc, Algérie, Tunisie) au manche cylindrique dont les trois cordes en boyau sont tendues sur une table d'harmonie en peau de chèvre.

Le rubab
instrument afghan joué au plectre. se jouait originellement avec un archet car de la famille des rebabs et rebecs.

Le sitar
Instrument indien dont la caisse de résonance est constituée d'une calebasse. Le manche long est constitué d'une moitié de gros tuyau de bambou fendu dans sa longueur. Les cordes passent au-dessus de frettes mobiles arquées comme des ponts. La musique indienne est en 1/2 tons, mais la note de base étalonnée à la volonté de l'instrumentiste soliste. Le jeu de la main gauche s'effectue à la fois en appuyant les cordes derrière les frettes et en les tirant latéralement pour modifier la hauteur. Sous les frettes passent des cordes dites sympathiques qui vibrent en tapant en permanence et donne le son caractéristique de "parasitage métallique".

Le tampura
luth indien d'accompagnement, de même forme que le sitar avec une caisse plus petite.

Le pipa ou biwa : Sorte de luth, à 4 ou 5 cordes pincées avec un plectre et de 3 à 9 chevalets. D'origine chinoise, il fut introduit au Japon au 8° siècle. A la cour impériale il servait d'instrument d'accompagnement des danses traditionnelles, puis à des moines pour accompagner les chansons.

Le shamisen : luth à long manche à trois cordes en soie puis en nylon importé de Chine au milieu du 16e siècle à caisse carrée recouverte d'une peau de chat ou de chien. La corde la plus grave est directement en contact avec le manche, créant une légère résonance qui rappelle le biwa. C'est l'instrument des geisha et des orchestres de kabuki (une forme de théâtre japonais) et c'est l'instrument d'accompagnement des chants populaires. Il a été adopté au japon un peu comme la guitare en occident.

Quelques membres de la famille des cordes frottées pour compléter:
Le violon G D A E, le plus aigu (idem mandoline),
L'alto C G D A , une quinte plus grave (idem mandola ou mandoline ténor),
Le violoncelle CGDA, une octave plus grave que l'alto (comme le mandoloncelle),
La contrebasse E A D G, une octave plus grave que les 4 cordes graves de la guitare, jouée aux doigts ou à l'archet.

Ces quelques informations viennent de trad magazine n°42 de sept-oct 1995, de guitare classique n°16 début 2003, du livre "L'été grec" de Jacques Lacarrière et de divers sites internet : fr.wikipedia.org , http://members.aol.com/ROBECCHI/fra.instruments.htm , http://www.atlasofpluckedinstruments.comhttp://www.hobgoblin.com/info/glossary.htm . Je n'ai touché pratiquement aucun des instruments de cette rubrique. Si vous les pratiquez ou en connaissez d'autres, merci de votre avis. Et pour la musique orientale avec ses 1/4 de ton que je connais très peu : http://www.maqamworld.com/index.html et des partitions : http://www.arabclassicalmusic.com/res_shmusic.html

Notes et conseils de bas de page

On pourra également se référer aux adresses internet irlandaises et bluegrass des rubriques sites trads favoris et bluegrass . Enfin pour commander des tablatures et partitions bluegrass, old time, irlandaises et notamment le fameux fakebook, une adresse postale (demandez le catalogue, c'est en Suisse allemande, mais c'est rapide quand même) : Saitensprung, Franz Elsener, Understadt 27, CH-8201, Schaffausen, Suisse. Et puis à Paris, un superbe magasin qui vend aussi par correspondance : http://www.rfcharle.com . Pour les instruments et la musique irlandaise, voir les adresses à la fin de la rubrique sites trad et pour le jazz, les cds et les partitions, allez voir dans la rubrique fourre-tout.
 
 


Retour page d'accueil