Laisse béton

Renaud

(en Am-G)

1-

J’étais tranquill’, j’étais peinard, accoudé au flipper,

Le typ’ est entré dans le bar, a commandé un jambon-beurr’,

Puis il s’est approché de moi, Pi’ i’ m’a regardé comm’ ça,

T’as des bott’ mon pot’, ell’ me bott’,

J’parie qu’c’est des santiags, viens fair’ un tour dans l’terrain vagu’,

J’vais t’apprendr’ un jeu rigolo, à grands coups de chaîn’ de vélo,

J’te fais tes bott’ à la baston, moi, j’y’ai dit laiss’ béton.

R-

I’m’a fillé un’ beign’, j’y’ai filé un’ torgnol’,

M’a filé un’ chataign’, j’y ai filé mes grol’.

2-

J’étais tranquill’, j’étais peinard, accoudé au comptoir,

Le typ’ est entré dans le bar, a commandé un café noir,

Puis il m’a tapé sur l’épaule, et m’a regardé d’un air drôl’,

T’as un blouson, mecton, l’est pas bidon,

Moi, j’me les gèl’ sur mon scooter, avec ça j’s’rai un vrai rocker,

Viens fair’ un tour dans la ruell’, j’te montrerai mon opinel,

Et j’te chourav’rai ton blouson, moi, j’y’ai dit laiss’ béton.

R-

I’m’a fillé un’ beign’, j’y’ai filé un marron,

M’a filé un’ chataign’, j’y ai filé mon blouson.

3-

J’étais tranquill’, je réparai ma mobylett’,

Le typ’ a surgi su’ l’boul’vard sur sa bell’ moto super chouett’,

S’est arrêté l’long du trottoir et m’a regardé d’un air bêt’,

T’as l’mêm’ blue-jean que James Dean, arrêt’ ta frim’,

J’parie qu’c’est un vrai levis-strauss, il est carrément pas craignos,

Viens fair’ un tour derrièr’ l’églis’, histoir’ que je te dévalis’,

A grands coups de ceinturon, moi, j’y’ai dit laiss’ béton.

R-

I’m’a fillé un’ beign’, j’y’ai filé un’ mandal’,

M’a filé un’ chataign’, j’y ai filé mon futal.

4-

La moral’ de cett’ pauvr’ histoir’, c’est qu’quand t’es tranquill’ et peinard,

Faut pas trop traîner dans les bars, à moins d’êtr’ fringué en costard,

Quand à la fin d’une chanson, tu t’retrouv’ à poil sans tes bott’,

Faut avoir d’l’imagination, pour trouver un’ chutt’ rigolo-o-o-o-te.