PARTITIONS ET TABLATURES

La tenue de l'instrument
 

La position de tenue de la guitare, ici avec une classique :

Pour une guitare folk, ce sera posé sur la jambe gauche, avec l'instrument plus horizontal.

On peut trouver des choses intéressantes, notamment sur les positions des doigts, ici : http://www.le-guitariste.com
 

L'accompagnement, les accords, la bossa et le picking

Voici les principaux accords : txt (tablatures en format texte) et  (format tabledit, logiciel d'essai disponible en cliquant sur le logo en bas de page) qui permettent d'accompagner avec un accordage standard.

Quelques accompagnements sur Do et Sol en 4 temps : txt et  . Même chose en 3 temps : txt et  .

D'abord en alternance basses-accords plaqués (ou brossés) puis en arpèges sur les accords Do et Sol. A travailler lentement au départ, sans regarder le manche. Puis changer d'accords ( Am-Em, D-G, C-F, A-D... ) et accélérer. A vous de trouver d'autres arpèges, les possibilités sont multiples en gardant le rythme.

Pour les néophites de la notation américaine des accords, en voici le principe : A désigne le La , B le Si, ...etc...m désigne un accord mineur, rien derrière l'accord un accord Majeur, 7 un accord septième, 7M un septième Majeur, mod un accord modal (sans tierce),...

    Ensuite, des accompagnements médiator : txt .

Passons au blues avec une grille classique : txt , un gimmick blues : txt et  la gamme pentatonique de La (5 notes passe-partout, à décaler pour les autres tonalités) et la 1° partie de Foxy's blues d'Alain Giroux : txt et  .

3 boogies : un en Mi :  txt et   et 2 en Sol :  txt et txt et  , le 2° peut être transposé dans toutes les positions et servir de ligne de basse,

Et des ritournelles bluegrass bien utiles : txt et  ,

Poursuivons avec un ragtime simple du même Alain Giroux : txt et  .

Et puis la bossa nova (rythme de base) : txt et  .

Voici un enchainement d'accords en picking : txt et , à jouer avec tous les doigts ou avec les ongles suffisamment longs et un onglet au pouce.

 Marcel Dadi est dans le domaine du picking reconnu comme le Chet Atkins français.
Du maître, voici l'extrait d'Old time picking parlour : txt et , qui utilise toute la palette des notes liées à la main gauche comme foxy blues .

   Ensuite, Pick nick, une compo personnelle en picking : txt et  .

Puis, Le temps des cerises de Jean Baptiste Clément, en adaptation picking personnelle, que vous entendez en fond sonore midi si vous utilisez internet exploreur : txt et  .

Egalement en partition au format abc , à lire avec un logiciel de type muse ou   qu'on peut trouver notamment sur le site irlandais   ( voir page sites internet trad pour comprendre les différents types de fichiers).

Un site sur les positions d'accords : http://accordguitare.fr ,

Un autre avec des formations ludiques, dont le b.a.ba de la guitare : http://www.savoir-sans-frontieres.com ,

Et une bonne méthode pour le picking, l'accompagnement brossé et les arpèges : http://bbouillon.free.fr/sandwich/methode.htm
 

Les notes de la guitare, les gammes et accords associés

Voici la gamme de Do (Do-Ré-Mi-Fa-Sol-La-Si) en 1° position : txt et   , à bien retenir en apprenant les noms des notes du Mi grave au La aigu, puis donner leur position aux notes au sein de la gamme, Do = 1,  Mi=3, tierce majeure (Mib tierce mineure), Sol=5, quinte, Si=7, 7° Majeure (Sib 7° mineure). Ca parait rebutant au début, il faut aimer les maths, mais ça permettra par la suite de comprendre beaucoup de choses, ne serait-ce que la construction des accords...La gamme de Do est très courante, on peut la jouer sur les accords C-F-G enchainés de toutes les façons possibles par 2 ou par 3. Si vous maitrisez l'accompagnement basse-accord expliqué plus haut, voici un exemple d'utilisation de basses dans un accompagnement : txt et  .

    Ensuite, on peut altérer certaines notes et on change alors de gamme. Par exemple, on ajoute un dièse au fa (Fa#), soit 1/2 ton, et on passe en gamme de Sol, très prisée en Irlande (accords G-D) : txt et  . Encore un petit effort : on ajoute à la gamme de Sol un dièse de plus (Do#) et on passe en gamme de Ré, très prisée encore en Irlande (accord D-A) : txt et 

Passons à autre chose. Reprenons la gamme de Do et diminuons le Mi, qui est la tierce majeure de la gamme de Do, d'un 1/2 ton (Mib), et on passe en tonalité mineure très utilisée sur les rythmes 3 temps et en musiques bretonne ou d'Europe de l'est (valses, hanter dros,...). Par facilité, la gamme mineure la plus fréquente est la gamme de La mineur, sans altération (ni dièse ni bémol), qui n'est autre que la gamme de Do majeur jouée sur les accords mineurs Am-Em-Dm enchainés de toutes les façons possibles par 2 ou par 3. On peut alors passer à des enchainements d'accords plus subtils sur la gamme de Do : C-Am-F-G qui est une séquence d'accompagnement courante dite anatole.

Mieux écrit sur les gammes et les modes, avec des détails, des cours et des positions à travailler : http://www.guitarbob.free.fr

Les accords ouverts

 Les accords ouverts de Ré (sus 4 DADGAD du grave à l'aigu) se sont développés à travers la musique irlandaise, puis la musique bretonne, copiant sans doute le type d'accordage du bouzouki, introduit dans la musique irlandaise à la fin des années 60. Idéal pour l'accompagnement rythmique au médiator gratté, je préfère garder la grosse basse en Mi et conserver beaucoup d'accords en 1° position en continuant ainsi à frapper les basses séparemment des accords. Si on met le capodastre à la 5° case, on passe alors en accord ouvert de Sol, et on peut alors transposer : On joue une position de Ré et c'est en fait un Sol, un Sol est en fait un Do et un La un Ré. Voici mes principaux accords en EADGAD : txt et   et quelques accords en accordages normal qui rappellent les sonorités DADGAD, à déplacer le long du manche : txt et  .

Avant la mode de DADGAD, il y avait l'accord de Ré majeur (DADF#AD), qu'on peut transposer un ton au dessus pour jouer en Mi (EBEG#BE). mais, on peut aussi s'accorder en mineur (sans dièse), en septième...

    Dans un autre style, plus trad américain-blues, l'accordage majeur ouvert de Sol (DGDGBD), utilisé notamment par les joueurs de guitare slide avec un bottleneck qu'ils glissent avec la main gauche : txt et  . Mais on peut aussi le jouer un ton plus haut en La (EAEAC#E). Et pourquoi pas en mineur (sans dièse), en septième...

    Si vous voulez aller plus loin (et plus vite), procurez-vous dans un bon magasin de musique ou dans une excellente médiathèque (Louis Aragon au Mans pour les sarthois par exemple) Dadi pour débutant pour commencer, puis vous pourrez attaquer la méthode à Dadi pour aller plus loin dans le picking. Pour le blues, procurez-vous blues accoustique d'Alain Giroux. Pour les morceaux trad note à note au médiator (flat picking), rien ne vaut le fakebook guitare, ou même violon si vous savez lire la musique, renseignements en fin de page mandoline, mandole, bouzouki, cistre et banjo , enfin procurez-vous la Guitare américaine de Patrick Moulou et Claude Lefebvre , le flat-picking n'aura plus de secret pour vous.

Prise de tête (théorie) pour finir

    Les écarts entre les notes de la gamme de Do sont d'un ton (=2 demi tons) entre toutes les notes sauf entre le Mi et le Fa et entre le Si et le Do où l'écart est d'un demi ton. Un écart d'un demi ton entre deux notes est le plus petit intervalle dans la musique d'Europe de l'ouest. Sur la guitare, ça correspond à 2 cases du manche qui se touchent (sur la même corde).
L'ordre des altérations (dièses et bémols) que l'on peut placer au début de la portée musicale (ligne de partition) et qui donne la tonalité du morceau (gamme et accords utilisés) est le suivant : Fa-Do-Sol-Ré-La-Mi-Si. Si on lit cette liste de gauche à droite, on obtient l'ordre des dièses. Dans l'autre sens (Si-Mi-La-Ré-Sol-Do-Fa), c'est l'ordre des bémols. Par exemple, si je décide de mettre un Do# à la clé (en début de partition, qui va s'appliquer à  l'ensemble du morceau), je suis contraint de mettre aussi le Fa# car celui-ci est placé avant dans la liste des dièses.

    Pour trouver la tonalité du morceau (gamme majeure associée), ajouter un demi-ton (un dièse) au dernier dièse placé à la clé. Dans notre exemple, j'ai Fa et Do dièse à la clé, la dernière note dièse étant le Do (dans l'ordre de la liste), j'ajoute un dièse de plus (un demi-ton) au Do dièse et je trouve la tonalité du morceau : Ré majeur.
Dans le cas de bémols à la clé, prendre l'avant-dernier bémol placé à la clé, il donne la tonalité du morceau. Par exemple, j'ai Si et Mi comme bémols placés à la clé dans l'ordre de la liste, l'avant-dernier bémol est donc le Si. Je suis en tonalité de Si bémol (Sib). Exception : s'il n'y a qu'un bémol à la clé (Sib), je suis en tonalité de Fa.

    Si on veut aller plus loin dans la théorie musicale, il existe de nombreux ouvrages intéressant : les méthodes d'Eric Boell sur l'harmonie et l'improvisation et aussi celles de Denis Lamboley sur la composition et l'arrangement. Ne pas négliger non plus les théories pour la musique classique, ce sont les bases à connaître, mais elles sont englobées dans les méthodes modernes.

Pour donner un petit exemple, la théorie classique de construction d'un accord est basé sur 3 sons : la tonique (note de départ de la gamme et tonalité du morceau), la tierce (mineure ou majeure) et la quinte pour l'accord du premier degré de la gamme. Si on veut construire un accord à partir du 2° degré de la gamme, on procède de la même façon : la seconde, la quarte et la sixte. Pour la gamme de Do, on trouve un accord de Ré mineur qui est donc l'accord du 2° degré de la gamme de Do. Et ainsi de suite avec tous les degré de la gamme et pour toutes les gammes majeures et mineures.

    Dans la théorie moderne, on va plus loin, on construit de la même façon des accords de 4 sons, ce qui va donner des colorations plus élaborées, indispensables en jazz et pour englober toutes les colorations musicales (Europe de l'est, Espagne, Maghreb,...) mais qui est un vrai casse-tête. Par exemple, le 1° accord de la gamme de Do est alors le Do 7°Majeure, un peu long à écrire, ce qui a conduit les musiciens de jazz à utiliser les abréviations d'accords, ici C7M. . Ces accords s'enchainent dans des grilles ;-)) C'est très intéressant car cela ouvre des espaces sonores quasi infinis, mais ce type de travail doit s'étudier et s'expérimenter sur une durée longue. Il faut le savoir au départ...

Au point où on en est... relativisons : tout ça ne vaut que pour la musique "récente" et occidentale. avant Jean Sébastien Bach et son clavier "bien" tempéré, le découpage des gammes et la "justesse" des notes était bien différent. On retrouve encore ça dans les pays du sud, en orient notamment (instruments à cordes non frettés ou à frettes mobiles, instruments centraux type clavier sur lesquels les autres instruments s"ajustent, ...) et sur des instruments de conception dite ancienne chez nous (veuzes, bombardes, vielles) qui jouent des musiques
dites modales (apparemment rien à voir avec les modes occidentaux et modernes qui sont basés sur les notes "tempérées" de Bach). Quelques instruments à cordes de ce type en base de la page cordes pincées diverses

si vous avez lu tout ça jusqu'à la fin, chapeau... Et pour mieux comprendre et travailler les gammes et les modes : http://www.guitarbob.fr


retour page d'accueil